Réduction à la source

Envie de réduire le gaspillage d’aliments ? 

Par 
Weena Beaulieu, Dt.P.
Diététiste-Nutritionniste

Je ne prétends pas être une pro, car je sais que j’ai encore du chemin à faire. Cependant, je suis d’avis que « petit train va loin » et qu’il y a toujours place à l’amélioration. Les trucs sont toujours les bienvenus pour réduire le gaspillage alimentaire. Personnellement, j’en suis toujours à l’affut.  

Saviez-vous que près du tiers des aliments qui sont produits sont jetés à la poubelle?  

C’est énorme! Pensons seulement aux ressources gaspillées, l’eau potable entre autres, pour produire ces aliments qui ne seront pas consommés. Réfléchissons aussi aux gaz à effet de serre (GES) rejetés inutilement lors de la production de ces aliments et ultimement au méthane et autres gaz produits lorsque ces aliments sont dirigés vers les sites d’enfouissement. Des coups durs pour notre planète qui a tant besoin de nos bons soins! 

De nos jours, le gaspillage est beaucoup plus élevé qu’il y a quelques décennies. L’accessibilité à une grande diversité d’aliments, à de grands formats (autant en épicerie qu’au restaurant), à de grands espaces d’entreposage réfrigérés, les rabais et notre rythme de vie effréné ne sont que quelques facteurs qui contribuent au fait que l’on jette des aliments sans les avoir consommés.  

Selon différentes sources, il serait possible de réduire d’environ 11 % les GES causés par le système alimentaire en réduisant le gaspillage de nourriture. Bien entendu, ce gaspillage n’est pas seulement causé par les consommateurs, mais il vaut la peine de tenter de faire notre part.   

 
Comment réduire notre gaspillage alimentaire?
Par un geste à la fois.  

CUISINER  

L’idéal, pour éviter les pertes, est de planifier nos repas en fonction de ce que nous avons déjà à la maison (réfrigérateur, garde-manger, congélateur) et d’acheter seulement ce qui est nécessaire pour nos recettes. Cela peut parfois signifier acheter moins à la fois ou aller plus souvent à l’épicerie. Moins notre réfrigérateur sera surchargé, moins grand sera le risque de gaspiller.  

Par exemple, au lieu d’aller à l’épicerie parce qu’il n’y a « rien » dans le frigo, je vais regarder mon inventaire et hop !

Une vieille courgette et un bout de poivron défraichi, un reste de salsa, une conserve de haricots noirs, du fromage, des tortillas et voilà un souper de quesadillas

Le type de repas où je dis à ma famille en riant : « On s’est encore sauvé la vie ».  
Personnellement, se sauver la vie sans aller à l’épicerie, c’est parfait.  

Dans un autre ordre d’idées, j’apprécie beaucoup le site glouton.ca. On y entre un ingrédient et des recettes qui contiennent celui-ci sont présentées. Les recettes proviennent de différents sites web. C’est vraiment un outil intéressant. Cela peut être pratique pour utiliser des ingrédients du frigo, même défraichis. 

NB : Les rabais sont souvent attrayants et nous incitent parfois à acheter en grande quantité.  
Ces quantités, bien qu’économiques, conduisent souvent au gaspillage parce qu’il est probable que le produit ne soit pas consommé en entier, ou que l’on n’utilise pas ce qui aurait dû l’être rapidement.  

MIEUX CONSERVER 

Dans le réfrigérateur, assurez-vous de placer devant (sur le bord des tablettes) les aliments plus défraichis ou ceux dont la date de péremption approche et les « restes » à finir pour s’assurer de bien les voir et les consommer en premier. L’idéal est de ne pas trop surcharger le réfrigérateur afin d’éviter les oublis d’aliments.  Les réfrigérateurs d’aujourd’hui sont beaucoup trop profonds!

J’adore voir le fond de mon réfrigérateur. Malheureusement, ça ne m’arrive pas encore assez souvent, j’ai du travail à faire.  

L’idéal est de conserver les aliments dans leur emballage d’origine, particulièrement les légumes et les fruitsPlacer les aliments entamés ou coupés dans des contenants ou des sacs refermables ou encore recouvrez-les d’une pellicule… idéalement écologique . Les aliments laissés à l’air libre périssent beaucoup plus vite.  

Les contenants spécialement conçus pour la conservation des légumes et des fruits, de type Intelli-frais® peuvent être utiles. Ils permettent de conserver longtemps la texture des aliments. J’en possède quelques-uns et je les apprécie beaucoup. Ils furent très utiles cet été avec le potager et le panier de légumes de notre fermier de famille, Les jardins de la terre du rang 

Saviez-vous que dans certains pays d’Europe, deux dates de péremption sont présentées sur les produits périssables? On y retrouve une date meilleur avant et une date limite de consommation. Je trouve cette idée pas bête du tout… peut-être laissons-nous aller certains aliments vers la poubelle un peu trop rapidement… qu’en pensez-vous ? 

VALORISER LES DÉFRAICHIS ET LES VOIR COMME DES DÉFIS CRÉATIFS CULINAIRES

Défraichi ne signifie pas «prêt pour la poubelle ou le compost». Plusieurs aliments méritent d’être valorisés.  

Voici quelques exemples :  

pexels-eva-elijas-5741139Carottes ramollies : Râpées (parce que c’est rapide !) :  
Utilisation : sauce à spaghetti, riz, sauté, soupe, pain de viande, croquettes ou boulettes de viande/légumineuses, poisson, omelettes de légumes, potage, etc. Les utilisations sont infinies.  

 

 

Courgettes moins attrayantes : Râpées et ensuite congelées 
Utilisation : Omelette, quiche, sauce à spaghetti, potage, soupe, pizza (avant d’y ajouter la garniture), fajitas, boulettes/galettes diverses, muffins, etc. Personnellement, j’en mets partout. La courgette est mon aliment passe-partout.   

pexels-viktoria-slowikowska-5677795Laitue défraichie :  
Utilisation : Potage de laitue.   
Cet été, avec mon jardin et les paniers de légumes de mon fermier de famille, j’avais du « vert par-dessus la tête » ! J’ai enfilé des laitues, défraichies ou non, dans plusieurs de mes potages. Tout le monde n’y a vu que du feu et était bien étonné de la saveur. 

Et je pourrais en nommer bien d’autres…  

CUISINER EN GRANDE QUANTITÉ C’EST EXCELLENT, MAIS…

Il est souvent utile de cuisiner en grande quantité pour congeler des portions qui serviront plus tard. Êtes-vous du genre qui, comme moi, oublie ce que vous avez déposé au congélateur la semaine suivante? 

Cuisiner en grandes quantités pour congeler ensuite est une excellente méthode, mais elle demande de l’organisation pour être efficace et éviter les pertes. Un inventaire de notre congélateur est très utile pour éviter d’avoir à jeter des aliments non consommés, oubliés au fond de celui-ci.  

pexels-karolina-grabowska-4033327Je propose donc de se créer une liste, à apposer sur le réfrigérateur, indiquant le contenu du congélateur. On y inscrit ce qu’on ajoute avec les quantités et on maintient à jour lorsque l’on retire des aliments du congélateur.  

Cette liste peut devenir un véritable dépanneur pour une panne d’inspiration aux sempiternelles questions «Qu’est-ce que l’on mange ce soir?» ou «Qu’est-ce que l’on mangera cette semaine?» C’est presque magique! 

Il est possible de faire de même pour les restes d’aliments que l’on range au réfrigérateur. Une liste sur le frigo nous permet de voir rapidement s’il est possible d’éviter de «popotter» un soir pour manger un repas de restes «Touski». Dans la mesure du possible, prévoir un repas Touski vers la fin de la semaine ou le samedi midi par exemple peut être une excellente façon d’éviter de gaspiller les bons plats que nous avons mis du cœur à cuisiner.  

Vous avez besoin d’acheter de nouveaux contenants pour ranger les aliments ou pour les lunchs? Je vous suggère de choisir des contenants de verre. Pourquoi? Pour leur transparence. Rien de plus efficace que des contenants clairs pour voir le contenu de ceux-ci lorsque l’on ouvre le frigo ou le congélateur. Cela évite de faire des trouvailles de surplus moisis ou malodorants au fond du frigo… rappelez-vous l’odeur d’un vieux reste de brocoli ou de légumineuses… ouashhh 

Ce ne sont que quelques trucs, mais comme je l’ai mentionné au tout début, petit train va loin, ce qui signifie chaque geste compte et c’est ensemble que nous ferons la différence 

Et vous, quels sont vos trucs?