Quand le Baby led weaning (alimentation autonome) s’installe à la table!

Par enfant_alimentation_autonome
Weena Beaulieu, Dt.P
Diététiste/Nutritionniste

La première fois que j’ai entendu parler du Baby Led Weaning (BLW) ou alimentation autonome du bébé, je me suis dit, c’est quoi encore cette « mode de grano »!  Oui, Oui! C’est bien vrai, je suis un être humain, et vous ne faites pas exception j’en suis certaine, des pensées parfois remplies de préjugés me traversent l’esprit.  Rassurez-vous, ça ne dure jamais longtemps!

La curiosité, l’envie de briser le mythe « mode de grano » qui m’avait traversé l’esprit et le questionnement d’une amie m’ont incité à aller fouiller sur le sujet et à assister dernièrement, à une formation où l’on a discuté de ce mode d’alimentation des nourrissons.  Mes petites recherches m’ont permis de remarquer que, sans trop le savoir, j’ai volé quelques principes du BLW lors de l’introduction des aliments complémentaires chez ma petite dernière. Grano? Moi?! ahhh! Pensez ce que vous voulez!
En passant, je n’ai rien du tout contre le mode de vie « grano », bien au contraire! J’avais juste envie de vous taquiner un peu!

Le Baby Led Weaning (BLW) c’est quoi au juste?

Le BLW, c’est l’introduction des aliments complémentaires chez le nourrisson sous leur forme entière et ce, dès l’âge de 6 mois. Fini les purées et maman qui fait manger bébé! Qu’en dites-vous?

Cette approche est promut largement  par Mme Gill Rapley. Elle a étudié, dans les années 2000, la réponse positive des enfants lorsque de la « vraie nourriture » leur est présentée dès  l’introduction des aliments complémentaires.  

À noter que cette méthode n’est cependant pas recommandée  avec des poupons nés prématurément ou qui sont connus avec un retard de développement. 

Les principes du BLW 

Dès 6 mois, on introduit les aliments sous leur forme entière afin que le bébé puisse les consommer seul en les prenant avec ses doigts. L’enfant a la liberté de choisir les aliments qu’il veut manger et les porte seul à sa bouche, sans l’aide du parent. Dans cette approche, la cuillère n’est pas utilisée. Cependant, beaucoup de mamans qui choisissent le BLW offre tout de même certains aliments à la cuillère.

  • Le bébé est assis, bien droit, face à la table, dans sa chaise haute.
  • Les aliments sont déposés devant le bébé et il les prend avec ses mains à son rythme et quand il le décide.
  • Les aliments offerts sont SÉCURITAIRES. Pour débuter, ils sont offerts en morceaux très tendres de la taille du poing du poupon ou de forme allongée afin que l’enfant soit en mesure de bien les tenir dans ses mains.
  • L’enfant doit être sous surveillance, de la même façon qu’il le serait s’il était nourri à la cuillère.

À noter que Santé Canada recommande, dans sa très récente  mise à jour des recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois, l’ajout d’aliments à manger avec les doigts aux premiers aliments complémentaires pour encourager l’enfant à s’alimenter seul dès le début.

L’enfant partage le repas de la famille et consomme les mêmes aliments que la famille.

  • Le parent exerce un contrôle minimal sur l’alimentation de l’enfant. Il décide du menu, de l’ambiance, de partager le repas avec l’enfant à la table et le bébé fait le reste. Le repas se déroule dans une atmosphère calme pour que l’enfant soit bien concentré sur l’activité repas.

Impacts positifs associés au BLW

L’enfant apprend par l’exploration, l’interaction, l’observation, l’imitation. Il est dans un mode d’apprentissage actif. Comme parents, nous avons, entre autres, les rôles d’encadrer, guider, accompagner et soutenir notre enfant dans sa marche vers la quête de l’autonomie et le BLW peut être un moyen efficace de guider notre enfant vers cette autonomie.

  • Introduction des aliments complémentaires qui respectent les recommandations de 6 mois pour l’âge d’introduction. Le BLW ne doit pas être débuté avant 6 mois;
  • Respect de la faim du bébé. En effet, puisque le bébé s’alimente seul, moins de stratégies sont utilisées pour faire manger l’enfant même s’il n’a plus faim (ex. faire l’avion avec la cuillère);
  • Exploration sensorielle des aliments : L’enfant voit les couleurs, les formes, explorent les textures, il peut toucher, lécher, sentir les aliments avant de les porter à sa bouche. 
  • Acceptation plus facile des diverses textures puisque l’enfant est en contact dès le départ avec des morceaux, des grumeaux;
  • Impact positif de la famille par le partage des repas. L’enfant agit par mimétisme,  il verra rapidement le reste de la famille manger la même chose que lui et souhaitera faire comme les autres. 

Peurs ou craintes associées au BLW

Le fer!

Une crainte que l’on pourrait avoir c’est que bébé manque de fer. En effet, dès l’âge de 6 mois, les réserves de fer sont diminuées.  Selon les recommandations récentes de Santé Canada (2012), il est important d’intégrer, 2 fois par jour, dès 6 mois, des aliments complémentaires riches en fer, tels que des viandes et des volailles tendres, des poissons, des œufs (blanc et jaune), des légumineuses, du tofu, etc.  Des céréales pour nourrissons, enrichies de fer, peuvent aussi être offertes. Elles pourraient être offerte à la cuillère ou encore cuisinées sous forme de muffins ou galettes tendres. 

L’énergie!

Il est vrai que les enfants qui mangent des aliments en morceaux, seuls, peuvent sembler manger moins. Par contre, la densité d’énergie des aliments solides offerts est souvent plus élevée que celle des purées qui sont souvent diluées avec de l’eau ou du lait. Même si les enfants dont les parents utilisent l’approche du BLW mangent moins en quantité et prennent plus de temps à s’alimenter, une étude a démontré qu’ils consomment en moyenne, la même quantité d’énergie que les bébés qui sont nourris avec des purées à la cuillère.

Les étouffements

Il ne faut pas confondre étouffement et réflexe nauséeux (gag réflexe). Lorsqu’un enfant a un haut-le-cœur en s’alimentant et que la situation ne requiert pas que l’adulte l’aide à dégager les aliments, cela n’est pas un étouffement. L’enfant a eu un réflexe nauséeux, ce qui a donné l’impression que l’enfant s’est étouffé. Celui-ci a un réflexe nauséeux lorsque des aliments plus ou moins bien mastiqués avancent vers le fond de la bouche. Ce réflexe permet à l’enfant de ramener les aliments vers l’avant de sa bouche et de les mastiquer à nouveau avant de les avaler. Ce réflexe est très présent entre 6 et 8 mois et tend à diminuer grandement à partir de 8 mois.

Il serait faux de dire qu’aucun cas d’étouffement n’a été rapporté avec le BLW, mais le plus souvent ce sont avec des aliments non sécuritaires, tels que la pomme crue, qui causent problème. Les mêmes précautions concernant les aliments non sécuritaires (durs, ronds, collants) doivent être appliquées dans le BLW.

Ce mode d’alimentation n’est pas du tout recommandé avant 6 mois, car la capacité du bébé à garder les aliments dans sa bouche et à les déplacer vers l’arrière n’est pas optimale à cet âge.

Le temps alloué aux repas et les dégâts

On ne peut nier que laisser un poupon s’alimenter seul est plus long que s’il est nourrit à la cuillère, mais cela peut vous laisser la liberté de manger avec votre poupon pendant que celui-ci s’adonne à son activité repas. De plus, il ne faut pas se cacher que le BLW salit un plancher en un tour de main! Bébé explore. Lancer les aliments par terre, se les déposer au visage ou les écraser avec ses petits doigts est de l’exploration, de l’apprentissage.  Rien de plus normal!

Choisir le BLW ou non?

L’approche utilisée pour nourrir notre poupon demeure un choix bien personnel qui est guidé, entres autres, par nos valeurs, nos connaissances et notre éducation.  C’est un choix avec lequel nous devons être à l’aise et que nul ne peut juger. Prenez le temps d’y réfléchir et de vous assurer que cette approche est sécuritaire pour votre petit!

Tenterez-vous l’expérience?