enfant mécontent

« On le sait bien, les enfants naissent en aimant le sucré. »
« Il n’aime pas ceci! Il n’aime pas cela! Capricieux! »
« Ne lui donne pas de légumes; il n’aime pas ça! »

Ces phrases, vous les avez surement entendues ou dites à maintes et maintes reprises!

 

Qu’en est-il réellement? Les enfants naissent-ils vraiment en préférant les aliments sucrés? Devrais-je continuer à offrir les légumes dans l’assiette de mon enfant s’il refuse de les manger? Devrais-je l’obliger à goûter?

Naître avec des préférences alimentaires! Possible?

maman enceinte et garçon

Certainement! Nos  poupons viennent au monde avec une préférence pour les aliments à saveur sucrée et une aversion pour l’amertume! Cette réaction est tout à fait normale et innée! Cela nous aide à comprendre pourquoi, pendant la petite enfance, les enfants peuvent avoir tant de difficulté à manger les aliments que l’on souhaite les voir consommer; « les fameux légumes »! Effectivement, la plupart des légumes sont naturellement amers, donc ils sont beaucoup moins appréciés par nos petits qui sont en plein apprentissage des saveurs!

 

Mon enfant apprend à aimer les aliments!

Eh oui! Comme on ne vient pas au monde en aimant toutes les saveurs, nous devons les apprivoiser, donc apprendre à les aimer!

Ce n’est pas du jour au lendemain que votre enfant peut apprécier un tout nouvel aliment. Il a besoin de temps et de plusieurs expositions à celui-ci avant de totalement apprivoiser par exemple, un artichaut, une asperge ou encore un pamplemousse.

  • Il est tout à fait normal que votre enfant n’aime pas un aliment la première fois qu’il le goûte. Cela peut prendre entre 5 à 20 expositions avant qu’il accepte de goûter un aliment et qu’il finisse par l’aimer peut-être encore plus long!
  •  Lorsque votre enfant est exposé à un aliment, il passe à travers les étapes du développement du goût représentées dans le schéma ci-dessous. Ce n’est pas parce qu’il goûte l’aliment, qu’il se rendra à l’étape de l’aimer. À titre d’exemple, il osera peut-être mettre l’aliment dans sa bouche, mais il ne voudra pas l’avaler. Ne retirez surtout pas l’aliment de l’alimentation de votre enfant après seulement quelques refus de le manger, il faut lui laisser le temps d’explorer toutes les étapes du développement du goût et ce, à son rythme.

 Étape de développement du goût

Graphi

Saviez-vous que les enfants détectent les saveurs différemment des adultes?

En effet, les enfants ont plus de papilles gustatives que les adultes et ces papilles sont plus sensibles. Pour ces raisons, goûter un aliment peut être une expérience très intense pour un enfant alors que pour l’adulte, goûter ce même aliment sera une expérience tout à fait banale.  fille qui tire ala langue

De plus, parmi les enfants, certains ont des papilles qui sont hypersensibles aux saveurs et à la température alors que d’autres ont des papilles qui sont peu sensibles. Cela explique que les enfants n’aiment pas tous les aliments à la même vitesse, car pour les enfants qui goûtent vraiment sensible, manger est souvent une expérience extrêmement riche en saveurs!

Néophobie alimentaire! Néo..quoi?


Enfant refuse manger tomateQuand devrais-je l’affronter ?

Vers l’âge de 2-3 ans, il est tout à fait normal que votre petit ait une période de réticence face à certains aliments. L’enfant a la capacité de porter un regard critique sur ce qu’on lui offre et cela se traduit par un sentiment de crainte, de peur à la vue des aliments qui sont nouveaux, qui sont présentés ou préparés différemment ou qui ont une texture nouvelle ou inhabituelle. Ce phénomène s’appelle la néophobie alimentaire. La néophobie alimentaire est une étape NORMALE dans le développement du goût de l’enfant et elle touche 75% des enfants !! Vous n’êtes pas les seuls à vivre cela!

Votre enfant n’est pas capricieux, il est néophobe!
N’ayez crainte, c’est une étape et ça passera !

Je n’aime pas ça!

Cela peut se caractériser par un refus catégorique de la part de votre enfant d’entrer en contact avec un aliment quelconque. Souvent les enfants diront spontanément la fameuse phrase « Je n’aime pas ça! » avant même d’avoir pris une seule bouchée de leur plat. Voilà un comportement typique de la néophobie alimentaire. Avez-vous des exemples de mets en tête?

Voici une liste de comportements caractéristiques de la néophobie alimentaire

  • Faire le tri des aliments mélangés
  • Regarder attentivement l’aliment
  • Garder longtemps l’aliment en bouche et recracher
  • Refuser de regarder l’aliment en détournant la tête
  • Faire la grimace en voyant l’aliment   
  • Jouer avec les aliments dans l’assiette
  • Repousser l’assiette ou les ustensiles
  • Recracher l’aliment 
  • Sentir l’aliment, le lécher
  • Vomir lorsque « forcé» d’avaler l’aliment…
91171562
   

Différents degrés de la néophobie alimentaire existent. Votre enfant peut avoir une réticence pour seulement quelques aliments alors que d’autres petits appréhendent presque toute nouveauté.

Manifestation de ses préférences alimentaires

Votre enfant a environ 4 ans et commence à avoir des comportements caractéristiques de la néophobie? Sachez qu’à cet âge, on parle davantage de manifestation des préférences alimentaires plutôt que de néophobie. N’oubliez pas de traiter les préférences alimentaires manifestées par votre enfant comme de la néophobie alimentaire tel que décrit à la section suivante. Avez-vous des images en tête de votre petite fripouille qui A-D-O-R-A-I-T les pâtes au pesto et qui aujourd’hui tend à les refuser parce qu’elle PRÉFÈRE les pâtes au fromage maison. Je ne voulais pas ça, j’aurais préféré manger cela!

Accompagner mon petit néophobe!

main dans la main

« Quand est-ce que mon enfant s’alimentera comme nous?»
Surtout, ne paniquez pas lorsque la néophobie sévit! Voilà quelques stratégies à utiliser pour passer au travers!

 

Présenter l’aliment plusieurs fois! Encourager à goûter, sans l’obliger!

Il n’y a pas de solution miracle, l’enfant doit se familiariser avec l’aliment! Exposer de façon répétée votre petit est le premier pas d’une solution gagnante. N’offrez pas l’aliment tous les jours si l’enfant démontre une résistance face à celui-ci, mais n’attendez pas plusieurs mois non plus, car l’aliment redeviendra nouveau pour l’enfant qui l’aura peut-être oublié! Encourager votre enfant à goûter en lui parlant de l’aliment, en le savourant vous-même, mais surtout ne l’obligez pas à le mettre dans sa bouche s’il ne veut pas. Soyez confiant, il le fera un jour par lui-même!

famille à table

Partager le repas avec votre enfant!

Votre enfant agit par mimétisme, vous êtes son modèle. S’il vous voit manger les aliments, avoir du plaisir à le faire, il sera assurément tenté de faire de même!

Gratifier les efforts de votre enfant!

Félicitations! Bravo! Super! Qui n’aime pas se faire dire ces acclamations gratifiantes et positives? Effectivement, adulte comme enfant nous aimons les encouragements. Encourager votre enfant lorsqu’il goûte un aliment moins apprécié ou un nouveau mets l’incitera à le manger à nouveau.

Impliquer votre enfant dans la cuisine!

enfant toque de chef qui cuisinent

Demandez à votre enfant de cuisiner le plus souvent possible et plus particulièrement, lorsqu’un aliment qu’il apprécie moins est au menu. Il sera davantage incité à goûter parce qu’il sera fier de l’avoir cuisiné avec vous et parce qu’il aura eu un premier contact avec l’aliment en le cuisinant! Je vous l’assure, c’est une approche qui fonctionne!

 

 

Il est facile de retirer de l’alimentation de votre enfant les aliments qu’il apprécie moins ou qu’il refuse de manger après seulement quelques essais. Sachez que ce n’est pas lui rendre service! C’est en bas âge que tout se joue! Pour devenir un jeune adulte qui apprécie une variété d’aliments, votre enfant doit avoir eu l’opportunité d’avoir été en contact avec divers aliments, mets, saveurs, textures, etc… et avoir eu la chance de choisir le moment où il allait décider de goûter même si dans votre œil d’adulte cela peut vous sembler une éternité!

Il ne l’aime pas aujourd’hui, mais il l’aimera surement un jour!

 

Cet article a été élaboré à partir de contenu développé par Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal, avec la collaboration de l’équipe du projet « À nos marmites: 1, 2, 3… Santé! ».


Visitez le blogue