2 enfantd qui mangent

Manger en famille sans stress. Quelques trucs pour vous aider.

Par
Weena Beaulieu, Dt.P.
Diététiste-Nutritionniste

    • « Maman, j’ai faim. J’ai faim tout de suite » enfant mécontent
    • « C’est long! »

« Qui n’a jamais entendu ces phrases, souvent suivies à la table d’un « Je n’aime pas ça! » ou  de « Pas encore ça » ou d’un « Je n’ai plus faim » après 2 bouchées? Comment passer au travers de la préparation du souper avec des cocos qui nous mettent la pression pour faire vite? Comment manger en famille sans stress, sans avoir le niveau de patience qui diminue à une vitesse fulgurante en entendant  les « Je n’aime pas ça » ou  » Je n’ai plus faim »? Le présent article, vous présente quelques trucs pour des repas en famille moins stressants.

 Parlez du repas, dès le retour à la maison

 Dès la phrase « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? « , préparez les enfants au repas qui les attend. Parlez- leur du succulent repas que vous vous apprêtez à concocter et ce, avec enthousiasme.  « Ce soir vous êtes chanceux, je vais vous préparer des fajitas au poulet. Une recette nouvelle préparée pour des enfants que j’ai vu à la télé (tout petit mensonge qui ne fait pas mal). Avec le poulet, vous pourrez mettre ce que vous voulez dans votre fajitas: fromage, salsa, laitue, crème sure, guacamole, tomates… Je suis certaine que ce sera à votre gout. Moi, j’ai déjà hâte d’en manger » Cela permet de les mettre en appétit et de recevoir certaines protestations, s’il y a lieu, hors de la table.

Impliquer les enfants

Pour vous aider à préparer le repas, dès l’âge de 3 ans, donnez quelques responsabilités à vos tout-petits. Proposez-leur de mettre les napperons, d’amener les ustensiles et/ou les verres, etc. Faites-en une routine. Bien entendu, les napperons ne seront pas droits, les ustensiles seront du mauvais côté, vous mangerez peut-être sur un napperon de princesses (ma fille aime bien me jouer ce tour), mais vous les occuperez pendant quelques minutes et vous contribuerez à augmenter leur estime de soi en valorisant ces petits gestes qui, avouons-le, nous donnent un coup de pouce. Vous verrez rapidement que cette habitude contamine même les plus petits. Ma puce de 19 mois fait comme sa grande sœur de 5 ans et amène des choses sur la table. Il est vrai que c’est disposé n’importe comment, mais c’est tellement mignon de voir son immense sourire de satisfaction.

Demandez-leur l’ampleur de leur faim

Avant de servir les assiettes, vérifier le niveau de faim de vos cocos. Dès l’âge de 3 ans, ils sont en mesure de nous guider eux-mêmes. Chez moi, je préfère demander « Veux-tu une petite ou une moyenne louche de soupe? » , « Veux-tu 3 ou 4 bouquets de brocoli? » , « Veux-tu ce morceau de poulet ou celui-là? » plutôt que de demander : « As-tu une petite, une moyenne ou une grosse faim? », car je trouve ces derniers plus abstraits pour les petits. Cela nous amène à réaliser que la faim de chacun lui est propre, ce qui implique que le contenu de l’assiette de chacun sera différent en quantité. Si vos enfants sont plus grands, vous pouvez faire l’exercice de les laisser se servir eux-mêmes. Ils se serviront une portion à la mesure de leur faim.

Prenez place avec les enfants et discutez sans porter attention à ce qu’il mange

Plus facile à dire qu’à faire pensez-vous? La plupart d’entre nous ont été élevés par des parentsfamille mange qui savaient ce qui était bon pour nous. « Mange tous tes légumes si tu veux être en santé », « Finis ta viande pour avoir des forces », etc. sont des phrases que l’on a souvent entendues et que l’on ne devraient pas répéter à nos petits monstres.

DÈS MAINTENANT, LÂCHONS PRISE! Cessons d’argumenter pendant le repas. Les enfants mangent par plaisir et non parce que ça leur évitera de porter des lunettes plus tard ou qu’ils deviendront forts comme leur papa. Ils mangent selon leur appétit, assiette terminée ou non, légumes mangés ou non.

On ferme la télé, la radio et on met de côté l’ordinateur et les téléphones. On sert les assiettes, on s’assoit à la table et on jase calmement…avec les enfants. Souvent, on a tendance à parler entre parents, mais il est intéressant de profiter de ce moment calme pour échanger avec nos cocos où ils ont toute notre attention. Votre enfant évitera peut-être ainsi de s’ennuyer à table.

On évite aussi d’inciter pour que l’enfant goute ou mange encore quelques bouchées, car souvent on obtient le résultat inverse. L’idée est de ne porter aucune attention ou ne passer aucun commentaire sur la quantité mangée ou sur ce qu’il a gouté ou non. On mange tout simplement. Ce ne sera pas nécessairement facile les premières fois, mais vous constaterez rapidement que l’ambiance du repas deviendra plus calme et agréable.

Votre enfant veut sortir de table…

À mesure qu’il grandit votre enfant sera plus enclin à comprendre l’importance de rester à table avec vous pour échanger et parce que c’est ainsi que vous l’avez décidé.

Jusqu’à 2 ans environ, les enfants mangent lentement et longtemps et terminent rarement leurs repas avant vous ou les autres enfants. Au-delà de cet âge, il peut être difficile de demander à un enfant de passer plus de 15 à 20 minutes assis à la table avec vous.  L’enfant souhaite sortir de table dès qu’il a terminé de manger, car il n’est pas facile pour lui de rester en place un long moment.  Il peut avoir besoin de se dégourdir.

S’il est impossible pour votre enfant de rester en place pendant  la durée du repas, je vous suggère de lui permettre  de bouger en intégrant une routine pour lui demander de petites tâches. Par exemple, entre 2 services, plat principal et dessert,  donnez-lui la responsabilité d’amener son assiette (et celles des autres s’il le veut) sur le comptoir ou un ustensile à la fois seulement si vous jugez qu’il est trop petit  pour transporter son assiette. Ensuite, demandez-lui d’amener sa cuillère à la table pour le dessert ou le contenant de galettes ou son yogourt ou son fruit qu’il mangera pour compléter son repas.

Cela peut lui permettre, de façon structurée, de se dégourdir, de satisfaire son besoin de bouger et de revenir à table pour le reste du repas.

Votre enfant a terminé son repas, plat principal et dessert inclus, mais ce n’est pas votre cas ou le cas de son frère ou de sa sœur?
Chez moi, il m’arrive de permettre que ma grande sorte de table avant nous. Lorsque cela fait au moins 15-20 minutes que nous sommes attablés, elle peut sortir et aller faire un jeu calme, dans la salle de jeux ou sa chambre pour ne pas déranger sa sœur qui mange encore. Nulle question d’allumer la télé ou de faire un jeu bruyant avant que tous aient terminés leur repas.Il faut aussi être réaliste au sujet du temps que l’on exige que
l’enfant passe à table.

N’hésitez pas à sortir de l’ordinaire pour l’activité repas

Amenez le resto à la maison

Éteignez les lumières, sortez les bougies (les lampions DEL sont très gagnants avec les enfants) et mettez la plus belle nappe. Prenez ensuite les commandes de chacun sur votre carnet;

  • Norah veut 1 louche de potage avec un craquelin.
  • Papa veut 2 louches de potage sans craquelin…

C’est simple, amusant et ça sort de l’ordinaire.

Faites un pique-nique au salon

Déposez une nappe au sol ou sur la table du salon ou mangez sur des serviettes de plage avec vos lunettes soleil et mettez une musique estivale. Amusez-vous et partagez cette activité spéciale avec vos cocos.

Préparez une soirée thématique

Par exemple, mettez un chapeau de mexicain pour servir vos fajitas, piquer des baguettes dans vos cheveux pour servir un repas asiatique, etc.  Pour ces soupers spéciaux, il pourrait aussi être amusant de mettre de la musique du pays d’origine de votre thématique pour ajouter de l’ambiance.

En bref

  • Parlez du repas dès le retour à la maison pour mettre les enfants en appétit et recevoir leurs commentaires hors de la table, s’il y a lieu.
  • Impliquer les enfants pendant la préparation du repas en leur donnant des responsabilités telles que mettre la table.
  • Demander l’ampleur de leur faim avant des les servir ou laissez-les se servir s’ils sont assez grands.
  • Prenez place à table avec les enfants et discutez avec eux sans porter attention à ce qu’il mange.
  • Évaluer la possibilité d’organiser une routine pendant le repas pour permettre à votre enfant de se dégourdir un peu s’il a de la difficulté à rester à table le temps de son repas.

Bon repas en famille!