Famille à l'épicerie

Aliment Santé, sans gras, toxique… difficile de s’y retrouver.

Par 
Weena Beaulieu, Dt.P. 
Diététiste-Nutritionniste

Tous les jours, nous sommes bombardés de messages liés à la nutrition.  À travers tous les messages véhiculés sur internet, dans les publicités, sur les emballages des aliments, etc., il est souvent difficile de s’y retrouver.  

Aliment santé, trop de gras, trop de sucre, pas assez de fibres, super-aliments, antioxydants, sans gluten, contient des grains entiers, 25 % moins de sodium, sans cholestérol, aide à réduire les risques de maladie cardiaque, aliment miracle, aliment toxique, réduit en sucre, etc.  

Choisir les aliments qui composent le panier d’épicerie et ultimement notre assiette n’est pas toujours chose facile. 

L’obsession de la nutrition instant-messege-on-laptop

Il y a 15 ans, ouvrir son téléviseur ou son ordinateur et ne voir aucun message en lien avec l’alimentation était chose possible. En 2019, c’est pratiquement impossible.  

Certaines personnes vont aller jusqu’à consommer souvent un aliment qu’il n’aime pas et ce, parce qu’ils ont lu que c’était « bon pour la santé ». D’autres encore, cesseront de manger un aliment après avoir lu qu’il était « toxique » pour le corps. Nous sommes grandement influencés.  

L’industrie tire profit de cette obsession de la nutrition.  

L’industrie utilise depuis toujours différentes méthodes pour mousser les ventes de leurs produits. Depuis un peu plus de 10ans, c’est la folie du marketing.  

Les aliments sont de plus en plus transformés. Ils sont dénaturés et l’industrie, pour se donner bonne conscience, y ajoute quelques ingrédients «santé» populaires et nous le démontre par des slogans ou autres qui nous laisse croire que l’on achète un produit nutritif.   

Soyons alertes 

  • Céréales bonbons avec mention : Fait de grains entiers.  food-2202361_1280
    • Le produit contient tellement peu de farine de grains entiers que la teneur en fibres est faible. Aucun avantage pour le consommateur.  
  • Muffin d’une grande chaîne aux graines de chia 
    • L’ajout de la graine de chia nous fait oublier la piètre qualité nutritionnelle de ce muffin gâteau.  
  • Yogourt sans gras et sans sucre 
    • Sans gras, sans sucre, mais bourré d’édulcorant de synthèse (faux-sucre) et de gélatine. On s’éloigne du yogourt.  
  • 25% moins de sodium que notre soupe condensée régulière. 
    • On nous laisse croire que le produit contient peu de sodium. C’est effectivement moins que la version régulière, mais c’est encore beaucoup de sel.  
  • Biscuits à l’avoine qui «contient moins de sucre»  
    • On oublie son contenu élevé en gras. 
  • Yogourt sans gras au chocolat « hyper protéiné ».  
    • Peut-on encore appeler cet aliment un yogourt? 

Les fameux logos «Santé» ou la mention «Santé»   

Sachez que les logos utilisés sur les aliments ne font l’objet d’aucune réglementation outre les balises que l’industrie se donne elle-même. Une compagnie peut choisir d’apposer ses propres logos sur ses produits et générer ses propres critères.  
 
Cela leur permet de créer une impression « aliment santé » chez le consommateur et de laisser croire que le produit est plus nutritif que d’autres. Croyez-moi, ça marche.  
 
Alors, transmettons le mot, ce n’est pas parce qu’un aliment contient un logo santé qu’il est nutritif ou qu’il est meilleur que son voisin qui n’en a pas sur son emballage.    

N.B.  Il est important de mentionner que je ne parle pas des logos «Biologique» qui sont soumis à une réglementation stricte. 

Les allégations nutritionnelles  

Bien qu’elles soient réglementées, l’industrie utilise le plus souvent ces allégations pour vendre leurs produits et non pour nous diriger vers un aliment réellement nutritif.  

Dans la majorité des produits portant la mention «léger» ou «réduit en matières grasses», on remplace le gras par du sucre pour réussir à obtenir une saveur acceptable.  

À titre d’exemple, le beurre d’arachides «léger» d’une grande marque populaire contient plus de sucre que la version régulière de la même marque. On ne s’en sort pas…  

L’industrie sait comment détourner notre attention et nous porter à croire que son produit est un meilleur choix qu’un autre. Restons allumés.   

Choisir des aliments et produits sans regarder le tableau de valeur nutritive, possible? 

N'avalez pas tout ce qu'on vous ditBien que légèrement modifiés, ces conseils sont largement inspirés du dernier livre du nutritionniste Bernard Lavallée « N’avalez pas tout ce que l’on vous dit ». D’ailleurs, je vous recommande fortement ce livre. 

  
Conseils pour choisir des aliments moins transformés, et ce sans regarder le tableau de valeur nutritive.  

Les aliments qui ne contiennent pas d’emballage sont ceux qui devraient se retrouver le plus souvent dans l’assiette. Ils n’ont pas la grosse machine de l’industrie pour les promouvoir et sont les choix les plus judicieux.  

Tous les aliments qui portent des logos et des allégations santé devraient, le plus souvent, rester sur la tablette de l’épicerie 

Les aliments dont la liste d’ingrédients est longue sont à éviter. Viser le moins d’ingrédients possible. Moins la liste contient d’ingrédients, plus le produit se rapproche d’un aliment frais et peu transformé.   

Éviter les ingrédients artificiels. Ces ingrédients dont le nom est difficile à prononcer. Plus ils sont présents, plus l’aliment est transformé.  

Éviter les emballages « super » colorés avec des personnages. Bien que le marketing alimentaire s’adressant aux enfants soit interdit, l’industrie utilise toutes sortes de subterfuges pour attirer le regard des tout-petits vers leurs aliments qui sont le plus souvent très sucrés 

 Avez-vous déjà remarqué que les produits les plus transformés se trouvent dans les allées centrales de l’épicerie 

Gardez en tête que notre panier devrait être garni avec davantage d’aliments qui se trouvent autour de l’épicerie; fruit, légumes, poisson, volaille, viande, pain, produits laitiers et leurs substituts, etc.  Les aliments des allées centrales devraient s’y retrouver en moins grande proportion. On aura ainsi un panier composé d’aliments moins transformés. 

Après l’ultra transformé, le retour à la simplicité 

Je mentionne souvent que notre alimentation aurait dû rester près de celle du temps de nos grands-parents, c’est-à-dire plus simple, composée d’aliments frais provenant directement du jardin et de la ferme Ce serait l’idéal pour notre corps et la planète. Pas de céréales mille couleurs, de biscuits mille ingrédients, de yogourts sucrés comme des gâteaux, de repas que l’on prépare en ajoutant seulement de l’eau, etc.   

Gardons en tête ce retour à la base et cette simplicité lors de nos achats et de notre popote.   On se met la barre trop haute. Entre le repas tout fait et les mille émissions de cuisine « top » parfaites, on est parfois découragé. Il y a l’entre-deux, le « pas trop compliqué ».    

Pas besoin d’être un grand chefde manger un osso buco un mercredi ou encore de se faire des poudings de chia trio de noix et canneberges agrémentés de copeaux de noix de coco tous les matinsUn osso buco c’est bon, mais des pâtes au poulet avec des petits pois et un verre de lait, c’est parfait ou une omelette au fromage et au brocoli avec des rôties ce l’est aussi.  

Ce n’est pas nécessaire que ce soit flamboyant ou compliqué pour bien se nourrir. L’idéal est que ce soit composé d’ingrédients ou d’aliments pas trop «ultra-transformés».  

En résumé  

Le plus souvent, l’industrie utilise les slogans, logos et les allégations santé pour mousser les ventes de leurs produits.  

On nous vante un élément du produit pour nous faire oublier ses aspects moins intéressants.  

Viser des aliments simples c’est choisir des aliments: 

Le moins emballés possible ; 

Sans logos santé ni allégations santé; 

Avec une courte liste d’ingrédients; 

Qui ne contiennent pas d’ingrédients trop difficiles à prononcer; 

Dont l’emballage n’est pas ultra coloré et n’affiche pas de personnages enfantins.  

Gardez en tête la simplicité lors de vos achats en épicerie et lorsque vous faites la cuisine.  

N’oubliez pas que Paris ne s’est pas bâti en un jour. Si vous consommez beaucoup d’aliments transformés, l’idée est de voir si vous pouvez réduire la fréquence. 
Y aller doucement permet une transition vers des changements plus durables.  

Au plaisir!